Accueil veterinaires comportementalistes Communiqués de presse et propositions veterinaires comportementalistes Dossier chiens dangereux

Dossier chiens dangereux

27 juin 2006

Télécharger au format PDF
Imprimer

Partager
 

Les vétérinaires comportementalistes ont souhaité prendre part au débat qui s’est instauré après les derniers accidents impliquant des chiens et la couverture médiatique qui s’en est suivie.

Dans leur pratique quotidienne, les vétérinaires comportementalistes doivent évaluer des animaux ayant présenté des séquences d’agression et prendre la délicate décision de traiter ou non. Leur diplôme, délivré par les quatre Ecoles Vétérinaires et reconnu par l’Ordre des Vétérinaires depuis 1998 les prépare à cette évaluation.

Représentant ces vétérinaires comportementalistes, nous faisons plusieurs constats et plusieurs propositions.

 

I . LES CONSTATS

1 - Même s’il est difficile à chiffrer précisément, le nombre de morsures et notamment de morsures graves nécessitant une réparation chirurgicale chez l’enfant reste trop élevé. Il faut donc prendre des mesures pour enrayer ce phénomène.

2 - Toutes les études montrent que les accidents impliquent majoritairement des chiens connus par les enfants (propre chien de la famille, d’un voisin ou d’un familier à qui l’on rend visite).

3 - D’autres travaux ont, quant à eux, révélé qu’une majorité des chiens à l’origine des accidents graves étaient des récidivistes.

4 - La race du chien n’est pas un facteur déterminant.

Fort de ces constats appuyés sur des publications scientifiques, nous avons pu rencontrer les représentant de la Présidence de la République et des ministères concernés, Intérieur et Agriculture pour leur présenter nos propositions.

 

II. LES PROPOSITIONS

1 - Surtout ne pas aggraver la loi en augmentant le nombre de races concernées par la catégorisation ou en faisant basculer des groupes de chiens d’une catégorie dans l’autre. Ainsi, il nous paraît inopportun de faire passer les croisés Rottweiler en catégorie I.

2 - Evaluer réellement les chiens dangereux et assortir cette évaluation de recommandations (port de muselière, autorisations limitées de circulation, etc.)

3 - Utiliser pour cela la réglementation existante, c’est-à-dire la déclaration obligatoire des morsures même bénignes en la renforçant par une évaluation de la dangerosité.

4 - Mettre l’accent sur la formation initiale des maîtres et sur la nécessité de participer à des stages de remise à niveau quand un chien présente des critères de dangerosité.

Les vétérinaires comportementalistes considèrent qu’en cette matière un double écueil doit être évité :

  • Nier le problème : Les chiens peuvent constituer un danger. Il faut diminuer les risques.
  • Se tromper d’ennemi : Ce n’est certainement pas la race des chiens qui est le facteur discriminant mais bien les signes annonciateurs d’un passage à l’acte probable.

 

Si vous avez le moindre doute sur la fiabilité de votre chien, n’hésitez pas à demander une évaluation à un vétérinaire comportementaliste. Pour trouver le plus proche de vous, cliquez ici

 

Contact : Dr Claude Beata, Président
Adresse : 353 A Bd Grignan – 83000 Toulon
Telephone : 0 609 611 611
Courriel : cbeata@noos.fr
Site de l'Association : www.zoopsy.com

 

 

Conception, mises à jour : Karine SANCHE (KDJ Webdesign)

Thèmes du site : comportementaliste - vétérinaire - conseils - éducation - cartes virtuelles - éthologie - animal - Comportement chat - éducation chien - éducation chat - animaux - soin - traitement - thérapie comportementale - hiérarchie - agressivité - propreté - hyperactivité - congrès - conférences - comportement chien - problème de comportement - morsures